Édition 2019

Découvrez les résumé des personnes conférencières :

Programme

 

Graphisme : Meky Ottawa

Description visuelle :

[ Sur les images il est écrit : « Colloque Résistances des femmes autochtones dans les Amériques : dialogues, réflexions et actions - 2e édition, Agora Hydro-Québec (CO-R500), Pavillon Cœur des sciences, 175, avenue du Président-Kennedy, Tiohtià:ke (Montréal*) | PROGRAMME | Mercredi 4 septembre 2019 |16h – 16h30 : Accueil et inscriptions |16h30 - 17h : Ouverture | 17h – 19h : Conférences d’ouverture | Margaret Kovach (Professeure en éducation, Université de Saskatchewan) | Méthodologies autochtones: plus qu'une approche de recherche? | Suzy Basile (Professeure en études autochtones, UQAT) |La recherche impliquant les femmes autochtones |Linda L. Shecapio (Présidente de l’Association des femmes cries d'Eeyou Istchee) | La résistance est ce petit murmure intérieur qui dit : "Tu vas y arriver, continues ..." | Animation : Melissa Mollen Dupuis | Jeudi 5 septembre 2019 | 9h15 – 11h : Panel 1 | Créer des espaces de rencontre et d’inclusion dans le milieu académique | Nancy Crépeau (Candidate au doctorat en éducation, uOttawa) | Éducation et équité : développer le plein potentiel des élèves des Premières Nations par la légitimité de la langue et de la culture autochtones dans les contenus d’enseignement | Leila Celis (Professeure en sociologie, UQAM)| La construction des connaissances sur les rapports de domination à l’aune de la décolonisation | Carole Lévesque (Professeure titulaire, INRS et directrice du réseau DIALOG)|La présence autochtone dans l’université : une invitation à transformer notre rapport à la connaissance | Animation : Hélène Nicolas |11h – 11h15 : Pause | 11h15 – 13h : Panel 2 | Passer à l’action : réfléchir différemment la co-construction et la collaboration en milieu académique |Emmanuelle Piedboeuf (Candidate à la maîtrise, Pratiques de recherche et action publique, INRS) | Perspectives sur la mobilisation des connaissances dans le milieu communautaire autochtone | Véronica Gomes (Doctorante en sociologie et études féministes, UQAM) | Réflexions sur le rôle de chercheure-alliée : visibilisation, positionnement et reconnaissance | Tania Larivière (Militante d’origine Anishinabe et de culture Eenou) | Bâtir les ponts d’un monde à l’autre : le processus de conciliation, de la quête identitaire autochtone jusqu’au monde de la recherche occidentale | Madie Ottawa (Militante Atikamekw et étudiante en science politique, UQAM) | Kaskinohamakewin : de la transmission des savoirs traditionnels à l’éducation contemporaine Animation : Ludivine Tomasso | 13h – 14h : Pause dîner | 14h – 15h45 : Panel 3 | Violences et agentivité des femmes | Ludivine Tomasso (Candidate au doctorat en science politique et et études féministes, UQAM) | Violences reproductives et actions collectives des femmes au Pérou | Rosa Muriel Mestanza (Doctorante en sociologie et genre, Université Paris Diderot) | Ventres ligaturés et voix levées de femmes autochtones au Pérou : conséquences économiques des stérilisations massives et résistances | Donna Larivière (vice-présidente du Cercle Kisis)| L’artisanat, est-ce une question politique? | Carmen Cariño Trujillo (Chercheure et militante féministe, Universidad Autónoma Metropolitana-Azcapotzalco, Mexico) | Soulèvements politico-épistémiques-ontologiques de femmes communautaires au Mexique pour la défense du territoire et de la vie | Animation : Yolanda Maxam | 15h45 – 16h : Pause | 16h – 17h45 : Panel 4 | De la résilience à la guérison: L’art de la décolonisation pratique au quotidien tel que conté par les jeunes femmes cries | Maïtée L. Saganash (Militante et chroniqueuse au Journal Métro et au magazine The Nation) | Le legs de Skoden et la montée de la mémétique autochtone | Brenda St-Pierre (Coordonnatrice jeunesse, Conseil des jeunes de la Nation Cris, Première Nation Ouje-bougoumou) | L’importance de la spiritualité pour comprendre son rôle | BabbeyJane Happyjack (Éducatrice et entraîneure physique)| Se réapproprier notre bien-être | Jomarie Einish (Militante et étudiante, Université Nipissing de North Bay) | Entre deux mondes: spiritualité et post-secondaire | Animation : Linda L. Shecapio | 18h – 19h30 : Soirée de projection de films avec le Wapikoni Mobile | Vendredi 6 septembre 2019 | 9h15 – 11h Panel 5 | Relater l’histoire pour mieux comprendre les situations actuelles des femmes autochtones| Viviane Michel (Présidente, Femmes autochtones du Québec)| La discrimination systémique envers les femmes autochtones au Québec et au Canada| Priscilla B. Martinhunter (Traductrice et étudiante, Collège algonquin)| Résilience des femmes autochtones | Diane Labelle (Militante Two-Spirit et éducatrice, CSPNEA) | Two Spirits: de la précolonisation à nos jours | Audrey Pinsonneault (Coordonnatrice en recherche, RCAAQ) | Les femmes autochtones en milieu urbain au Québec | Animation : Leila Celis | 11h – 11h15 : Pause | 11h15 – 13h : Panel 6 | Leadership des femmes dans les luttes autochtones du Nord au Sud | Cécile Kouyouri (Cheffe coutumière, Guyane) | L’expérience de cheffe coutumière en Guyane | Amandine Galima (Porte-parole, Jeunesse autochtone Guyane) | Conseil, éveil : itinéraire de militance | Widia Larivière (Militante et éducatrice, Mikana) | Les femmes au cœur des luttes autochtones : pour une reprise du pouvoir des femmes et le respect de leurs droits économiques et sociaux | Kijâtai-Alexandra Veillette-Cheezo (Cinéaste, Wapikoni mobile) | Guérison et souveraineté narrative | Animation : Odile Joanette | 13h – 14h : Pause dîner| 14h- 15h45 : Panel 7 | Féminismes décoloniaux, épistémologies et ontologies | Hélène Nicolas (Maîtresse de Conférences en anthropologie, Université Paris Diderot) | Allier histoire et anthropologie pour penser le genre en situation coloniale | Ana Lucia I. Hernandez (Militante Maya K'iche et journaliste) | L’art et la communication comme moyen de construire de nouveaux savoirs : explorer le lien entre art et décolonisation au Guatemala | Sharie Neira (Assistante d’éducation, Université Paris Diderot) | Nous regarder avant d’écrire ou comment combattre la trace colonialiste dans la recherche : Silvia Rivera Cusicanqui et la décolonisation de la subjectivité et des connaissances | Animation: Leila Celis | 17h – 20h| Soirée de clôture | Catherine Boivin (Artiste multidisciplinaire atikamekw) | Eadsé (Auteure-compositrice-interprète Wendat) | Anachnid (Artiste multidisciplinaire Oji-Crie et Mi’gmaq) | *Nous reconnaissons que cet évènement se déroulera sur le territoire non cédé Kanien'kehá: ka et territoires traditionnels des Algonquins et de passage de plusieurs autres nations. » ]